Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1508, QUAND DE CASTELLANE EMPRISONNAIT LES SALERNOIS (2)

Publié le par Hervé Siffre

Voici la transcription proposée du texte publié la semaine dernière. Plus loin se trouve la traduction en français moderne.

Il convient de préciser que :

- l’usage d’abréviations était courant à cette époque. Elles étaient vaguement standardisées, ce qui les rend plus intelligibles. Pour des raisons dactylographiques, j’ai arbitrairement remplacé toutes ces abréviations et contractions par le même signe §,

- les greffiers ignoraient généralement aussi bien l’accentuation que la ponctuation ; de la même façon qu’ils omettaient les lettres majuscules. Ainsi, contrairement à certaines apparences, il n’y a strictement aucune majuscule dans le texte, sauf en début de paragraphes,

- certains mots, certaines formulations, sont soit indéchiffrables, soit incompréhensibles ; c’est inévitable dans ce genre d’exercice et ce document n’échappe pas à cette regrettable règle.

Néanmoins, on comprend parfaitement le fond de l’affaire : l’incident qui nous intéresse se serait produit dans la deuxième moitié du XVème siècle. La communauté a commencé les travaux d’édification d’un moulin à huile au portal de la gorgue ou dejan renelar. Furieux, le fils de Reforciat de Castellane intervint avec des hommes armés, fait prisonniers 20 ou 21 ouvriers et les enferme au château. Castellane prétend que son fils aurait essuyé des coups et des insultes. A la demande du seigneur, un commissaire (le seigneur de Turriers) intervient qui va obtenir l’établissement d’un compromis entre les parties. Ce compromis, établi sous la pression, est remis en cause en 1508, alors que les protagonistes seigneuriaux sont tous deux décédés. Au 4ème feuillet intitulé Le dejan renelar, on apprend que les Castellane et leurs ancêtres se seraient approprié la terre de ce mystérieux dejan renelar ainsi que d’autres propriétés extorquées à des habitants pauvres.

A propos du portal de la gorgue et du dejan renelar : portal de la gorgue est le nom donné au site où fut élevé en 1769 le premier moulin de l’actuelle coopérative La Salernoise. Quant au dejan renelar, il est difficile de savoir de quoi il s’agit exactement : d’un toponyme, d’un patronyme ? C’est d’autant plus difficile que son orthographe est incertaine : dejan ou dejou ? renelar ou Revelar ? Peut-être un jour quelqu’un résoudra-t-il cette énigme.

Pour terminer, il faut souligner la graphie soignée de ce texte, œuvre d’un clerc assurément professionnel qui contraste avec le gribouillis habituel des greffiers des notaires locaux ou bien des secrétaires communautaires inexpérimentés et souvent peu appliqués. Je mettrai prochainement en ligne l’une de ces œuvres cauchemardesques qui hantent les nuits des généalogistes, des historiens et des chercheurs.

Hervé Siffre

Pour agrandir une photo : touche CTRL et actionnez la molette de la souris ou bien touche CTRL et cliquez sur le cliché qui s’ouvrira dans un nouvel onglet.

 

1508, QUAND DE CASTELLANE EMPRISONNAIT LES SALERNOIS (2)
1508, QUAND DE CASTELLANE EMPRISONNAIT LES SALERNOIS (2)
1508, QUAND DE CASTELLANE EMPRISONNAIT LES SALERNOIS (2)

 

 

Contenu du résumé produit ci-dessus

Et premièrement que toute personne de quelque état ou de condition qu’elle soit qui saurait ou qui aurait vu ou ouï dire tant dans ce lieu de Salernes qu’ailleurs que le noble Reforciat de Castellane, de son vivant seigneur dudit lieu de Salernes, lequel a eu procès et dispute contre les habitants dudit lieu de Salernes à cause d’un moulin à olives que les habitants en question voulaient édifier dans ce présent lieu par leur (illisible) du lieu appelé le portal de la Gorgue au (dejan renelar).

De plus, quiconque saurait que pendant que les habitants faisaient ce présent lieu faire et édifier ledit moulin, le fils de monseigneur Reforciat accompagné de plusieurs autres vint audit moulin armés de plusieurs armes armes comme des épées et autres et que autant par la crainte et la peur qu’ils avaient du fils en question et des autres armés que aussi par les ordres qu’ils donnaient aux hommes de ne pas procéder à l’édification dudit moulin, les habitants ont cessé de faire ce moulin au (dejam renelar).

De plus, quiconque saurait que ledit fils, lequel conduisit et fit conduire de force lesdits habitants au nombre de 20 ou 21 au château du seigneur et là, il les a arrêtés et détenus.

De plus, quiconque saurait que le seigneur Reforciat (sota illisible) certaines violences et insultes qu’il disait être faites sur la personne de son fils par lesdits habitants, lequel obtint la venue d’un commissaire royal appelé monseigneur de Turriers pour venir ici à Salernes à cause de la dispute du moulin pour informer contre lesdits hommes au (dejam renelar).

De plus, quiconque saurait que lo autant le seigneur Reforciat et ses serviteurs que le seigneur de Turriers, commissaire royal, firent enquêter et interrogèrent les hommes détenus et arrêtés à cause du litige du moulin à olives dans son château (où ils étaient en cellule).

De plus, quiconque saurait que les hommes punis, détenus et arrêtés audit château du seigneur Reforciat par la crainte et par la peur que leur avait fait ledit seigneur Reforciat et aussi par les menaces qu’il leur faisait de ne pas être relâchés, ils firent certain compromis en la présence dudit seigneur et monseigneur le commissaire, enregistré par la main de maître Pierre Giran.

Le dejan renelar

De plus, quiconque saurait que lesdits hommes arrêtés ont fait un compromis seulement pour le litige du moulin à olives dont il est question par (adencas ?) et non quelque autre sujet au dejan renelar.

De plus, quiconque sait que ledit seigneur ou ses ancêtres a pris par force et autres moyens à certains pauvres particuliers de Salernes plusieurs propriétés qui étaient et sont taillables ainsi que d’autres choses au dejon arenelar.

Hervé Siffre

Commenter cet article